Dahl et Rodari au service de l’enseignement

Comment Roald DAHL et Gianni RODARI peuvent sensibiliser les enfants à la protection de la nature en ville ?

Ou plutôt, comment un simple roman jeunesse peut-il être utilisé à bon escient par les bibliothécaires comme source d’informations à l’enseignement scolaire ?

Penchons nous sur la question grâce à deux œuvres qui peuvent servir de support à la sensibilisation d’élèves de primaire sur la protection de l’environnement et plus particulièrement en ce qui concerne la nature en ville.

James et la grosse pêche, Roald DAHL

On connaît presque tous l’histoire de James, petit garçon qui échappe par mégarde un sac de graines, donnant naissance à une pêche énorme. L’histoire a pu charmer petits et grands avec un récit du grand Dahl (on se souvient de Matilda, hymne à la lecture pour tous les grands passionnés de livres mais aussi à la connaissance) et des illustrations de son acolyte Quentin Blake.

Outre les détails littéraires, il y a un chapitre au début du livre où chacun des animaux rencontrés par James se présente en lui expliquant son utilité terrestre. On le sait, un des arguments pour prôner la protection de la faune et la flore c’est « tout être vivant sur Terre lui est utile », cependant on s’est tous posé la question de savoir ce qu’un ver de terre ou une coccinelle pouvait apporter à mère Nature… Et bien Roald DAHL nous donne ici des éléments de réponse à travers une histoire à la portée des enfants, il est ensuite facile de rebondir sur la sauvegarde des espèces animales et le rôle des insectes en ville. Et oui, le bitume n’a pas tout supprimé, et l’on est heureux d’apprendre que des petites bêbêtes se cachent sous nos pieds !

Plus concrètement, pour un atelier en bibliothèque, l’on peut proposer aisément la lecture du roman ou du chapitre concerné afin de lancer un débat parmi les enfants sur l’utilité avérée selon eux des insectes et autres organismes vivants en ville. C’est un sujet de réflexion déjà proposé semble-t-il par des organismes de sensibilisation à la protection de l’environnement.

Histoires à la courte paille, Gianni RODARI

Les petites histoires de Gianni RODARI, notre compatriote italien, sont proposées ici de façon amusante et pour une fois, c’est le lecteur qui choisit la fin ! A chaque chapitre on trouve une nouvelle histoire mais avec trois fins possibles, seule l’une d’entre elles semble être idéale, la « bonne fin » de l’histoire.

Il y en a une en particulier qui peut nous servir dans le cadre d’un atelier bibliothèque sur la nature en ville, c’est celui qui reprend le conte du joueur de flûte de Hamelin. L’histoire n’est pas très compliquée en soi : il y a trop de voitures en ville, il faut donc trouver une solution pour réduire cette quantité. Et parmi les fins proposées, l’une d’elle est à l’image des rats de Hamelin, les voitures finissent dans la rivière.

Il serait donc intérressant de faire le même exercice que pour Roald DAHL mais en faisant réfléchir les enfants sur l’utilité des transports en commun en ville afin de préserver l’environnement de la pollution. Plus largement, cela peut amener la question de la préservation de la couche d’ozone en limitant les émissions de gaz à effet de serre.

Bien entendu, ces deux ouvrages sont donné ici à titre d’exemple afin d’utiliser d’autres sources de documentation que les documentaires pour enfants que l’on trouve en bibliothèque ou encore les pages Internet de Wikipédia.

Tout en joignant l’utile à l’agréable, voilà de quoi montrer à nos petites têtes blondes l’utilité de la lecture, pas seulement pour se divertir ou inventer des histoires. Amis professionnels de l’info doc, le savoir est entre vos mains !

D’après une idée originale du Chat de Bibliothèque !

Publicités