Bibliothékère : le retour !

Bonjour bonjour !!

Voilà des mois que j’ai laissé mon blog en suspens, mais je suis bien décidée à revenir régulièrement vous faire part de mes réflexions !

Mes études touchant à leur fin, je vais pouvoir me consacrer de nouveau à fouiner sur le web.

Alors à bientôt, quelque chose me dit que le prochain article n’est pas loin…

 

clin d'oeil

par bibliothekere Posté dans Actu

Mon premier salon du livre jeunesse !

La fête !

Comme je vous l’avais annoncé, j’ai eu le plaisir ce weekend d’aller au salon du livre de jeunesse de St Paul Trois Châteaux dans la Drôme, près de Montélimar. La fête a commencé dès mercredi 30 janvier et s’est terminée le dimanche 3 février avec pour thème principal « Enchantons le réel ».  Je n’y ai participé que le samedi.

Les deux invités d’honneur étaient Rebecca DAUTREMER (Kerity la maison des contes, Cyrano, Alice au pays des merveilles…) qui a d’ailleurs conçu l’affiche de l’évènement et Eoin Colfer (Artémis Fawl). Ce dernier n’a malheureusement pas pu être présent le samedi pour des raisons personnelles, au grand dam des fans venus se faire dédicacer les volumes de la série Fawl.

Le concept du salon était assez sympathique à mon goût : une balade dans une librairie géante, entre les rayons de livres classés en fonction des âges (pôle ados, pôle tous petits, pôle documentaires…) et les stands d’éditeurs à l’entrée. Plusieurs lieux ont accompagné ce parcours, un pôle légèrement cloisonné pour les conférences avec les auteurs et sur les différents thèmes du salon mais aussi une petite expo des dessins et croquis de l’auteur phare : Rebecca DAUTREMER ! Les auteurs étaient au centre de la salle (un gymnase), placés en rond et identifiés avec des panneaux (le prénom dans un rond) pour mieux les repérer au milieu de leurs livres ! L’invitée d’honneur, Rebecca DAUTREMER, avait la pancarte la plus haute sur sa table et se trouvait droit devant lorsque l’on rentrait.

Et si on levait les yeux, on pouvait voir le plafond parsemé de lampe de camping (du moins j’avais la même dans ma tente…) rouges. Entre nous je n’ai pas tout à fait bien compris le principe puisque l’on était en plein jour mais c’était au moins assez esthétique.

Il y avait même la possibilité d’essayer les livres ! Et oui, tel un magasin de vêtements, vous pouviez prendre un instant au pôle d’essayage pour lire des livres et faire des découvertes !

Qui dit « Jeunesse » dit bien sûr « enfants » et on ne les a pas oublié durant ce salon puisqu’un jeu de piste était organisé afin de leur permettre de se balader au milieu des stands vers les auteurs présents pour les dédicaces. D’après ce que j’ai pu voir, les enfants étaient motivés et il semble que le jeu de piste en ait intéressé plus d’un !

A noter également que les enfants de l’école de St Paul ont fournit un véritable travail de réflexion autour du thème et de l’affiche du salon.

Les autres auteurs présents m’étaient peu connus (vous trouverez le détail sur le site de la fête) mais c’était une joie de circuler autour des tables pour capter les instants d’échanges entre les écrivains et le public, enfants comme parents, pendant les dédicaces.

Rebecca DAUTREMER

Que d’impatience en sachant que j’allais la rencontrer ! Peut-être avez vous déjà croisé ses albums où elle redonne vie d’une façon bien à elle aux personnages de contes ou d’histoires comme Alice au pays des merveilles, Cyrano de Bergerac, Babayaga

Je suis donc entrée dans le salon avec un objectif précis : certes celui de découvrir le système d’une fête du livre jeunesse, mais surtout de repartir avec ma dédicace de DAUTREMER !! Il a donc fallu s’armer de patience car c’est l’inconvénient de ce genre d’évènement, les auteurs phares sont (trop) demandés. Les séances de dédicaces s’espaçaient donc régulièrement d’une graaaaaaaaaande pause pour laisser souffler le crayon (et) de Rebecca DAUTREMER. Ce qui finalement  je croyais être un échange et une rencontre d’auteur s’est finalement transformé en file d’attente ! J’ai quand même eu le plaisir de la voir en chair et en os mais sans lui exprimer réellement mon admiration pour ses travaux.

Cependant, c’est avec une grande admiration que j’ai vu Alice prendre forme petit à petit sous son crayon (et oui, j’ai acheté ce magnifique objet d’art illustrant l’Alice de Lewis Caroll !). Maintenant elle est là, pour moi, dans la première page du livre, « exclusivité »(même si vous savez que les autres ont la même en ayant acheté le même livre) que je ne me lasserai pas de regarder à chaque fois que je l’ouvrirai !

En fin de compte ce fut une belle rencontre et une belle expérience ! Je suis prête, si l’occasion se représente, à refaire une escapade de ce genre au pays des livres !  🙂

Pop-up à la fête du livre jeunesse de Villeurbanne !

Fete_livre_jeunesse_villeurbanne Cette année, la thème de la fête du livre de jeunesse de Villeurbanne dans le Rhône aura pour thème « Mouvements », faisant échos aux livres pop-up.

Anouck Boisrobert et Louis Rigaud seront les invités d’honneur à la Maison du Livre, de l’Image et du Son. Peut-être connaissez vous ce duo qui s’est fait remarqué grâce justement à ses productions de livres en pop-up très contemporains (Popville, Dans la forêt du paresseux) mais aussi à travers un imagier multimédia, Tip Tap ?

Du 18 mars au 20 avril 2013 vous pourrez admirer une exposition de leurs travaux à la Maison du Livre, de l’Image et du Son.

Pour toute info concernant la fête, rendez-vous sur le site officiel !

Rebecca DAUTREMER à St Paul Trois Châteaux !

Bonjour à tous !!

Je vous annonce que j’irais avec grand plaisir au festival du livre jeunesse de St Paul Trois Châteaux, le weekend du 2 et 3 février, si tout va bien d’ici là !

Et cette année, l’invitée d’honneur n’est autre que… Rebecca DAUTREMER !!! J’aime beaucoup ce qu’elle fait et j’espère bien en profiter pour avoir une petite dédicace !^^

rebecca dautremer

Promis, je vous raconterais mon escapade avec joie !!

Alors à bientôt !!!

par bibliothekere Posté dans Actu

Contes sans frontières avec Karibencyla et Le Théâtre des Monstres

Les éditions pour la jeunesse « Karibencyla » (faisant échos à la mythologie et l’expression « aller de Charybde en Scylla ») ont été créées en 2009 mais je n’ai eu le plaisir de découvrir ses trésors que très récemment.

Le projet éditorial est original et permet, à mon sens, un renouveau du genre littéraire qu’est le conte en proposant aux enfants un rassemblement des contes classiques avec des contes d’autres horizons et venant de pays très différents, pas seulement ceux d’Europe.

Cendrillon comme vous ne l’avez jamais vu !

Cendrillon et l'oiseau de feuJ’ai donc découvert une de ces perles en grattant dans les bacs de ma petite bibliothèque de village avec Cendrillon et l’oiseau de feu. L’histoire est connue de tous, celle de Cendrillon maltraité par sa Belle-Mère et ses sœurs (seulement une ici est représentée). Cependant, ce n’est pas une bonne fée qui va l’aider dans sa quête du bonheur mais plutôt un magnifique oiseau de feu (vous aurez reconnu le Phoenix) qui lui tente d’échapper au Fils du Tsar qui, pour gagner son royaume doit le rapporter à son père (héhé ! le tsar n’aime pas qu’on lui vole les pommes dorées de son jardin !^^).

Certes, vous me direz « encore une énième version de Cendrillon ! ». Oui, c’est vrai, mais celle ci est sublime et je trouve que le pari de combiner deux récits, celui du conte russe « Le Conte d’Ivan Tsarévitch, du Loup Gris et de l’Oiseau de feu » et de la « Cendrillon ou la Petite Pantoufle de verre » de Charles Perrault, est parfaitement réussi. Le texte est remagné à merveille par une auteure jeunesse que je ne connaissais pas non plus, La Luciole Masquée, et les illustrations de Joël Cimarron, directeur de la collection Le Théâtre des Monstres, nous emmènent à fond dans l’histoire. Sa technique de peinture numérique nous offre des illustrations réalistes, à mi-chemin entre le dessin animé et la toile d’un peintre.

L’originalité de la collection Le Théâtre des Monstres, qui publie ces mélanges de contes et appelle à l’aventure, repose également sur les 4e de couverture : rien de mieux pour attiser la curiosité qu’une charade ! Je vous retranscrit ici celle de Cendrillon et l’Oiseau de feu :

« Ma première est une jeune fille qui s’endort tous les soirs sur la cendre.

Mon deuxième est un oiseau légendaire qui brille de mille feux…

Mon troisième est un prince qui part en quête de mon deuxième.

Et mon tout est une histoire d’amour qui enflamme les cœurs. »

Cet ouvrage est le premier que j’ai découvert de la collection mais il y en a d’autres tout aussi intéressants comme « Blanche Neige et les Korrigans« , « Chaperon Rouge et le Dragon« , « Petit Poucet et le Minotaure« …

Belle idée en tout cas de la part des éditeurs que de vouloir rassembler les cultures autour des histoires qui berce l’enfance de chacun et de les faire partager. A vous de trouver vos contes dans cette magnifique collection qui j’espère nous offrira encore d’autres trésors !

Dahl et Rodari au service de l’enseignement

Comment Roald DAHL et Gianni RODARI peuvent sensibiliser les enfants à la protection de la nature en ville ?

Ou plutôt, comment un simple roman jeunesse peut-il être utilisé à bon escient par les bibliothécaires comme source d’informations à l’enseignement scolaire ?

Penchons nous sur la question grâce à deux œuvres qui peuvent servir de support à la sensibilisation d’élèves de primaire sur la protection de l’environnement et plus particulièrement en ce qui concerne la nature en ville.

James et la grosse pêche, Roald DAHL

On connaît presque tous l’histoire de James, petit garçon qui échappe par mégarde un sac de graines, donnant naissance à une pêche énorme. L’histoire a pu charmer petits et grands avec un récit du grand Dahl (on se souvient de Matilda, hymne à la lecture pour tous les grands passionnés de livres mais aussi à la connaissance) et des illustrations de son acolyte Quentin Blake.

Outre les détails littéraires, il y a un chapitre au début du livre où chacun des animaux rencontrés par James se présente en lui expliquant son utilité terrestre. On le sait, un des arguments pour prôner la protection de la faune et la flore c’est « tout être vivant sur Terre lui est utile », cependant on s’est tous posé la question de savoir ce qu’un ver de terre ou une coccinelle pouvait apporter à mère Nature… Et bien Roald DAHL nous donne ici des éléments de réponse à travers une histoire à la portée des enfants, il est ensuite facile de rebondir sur la sauvegarde des espèces animales et le rôle des insectes en ville. Et oui, le bitume n’a pas tout supprimé, et l’on est heureux d’apprendre que des petites bêbêtes se cachent sous nos pieds !

Plus concrètement, pour un atelier en bibliothèque, l’on peut proposer aisément la lecture du roman ou du chapitre concerné afin de lancer un débat parmi les enfants sur l’utilité avérée selon eux des insectes et autres organismes vivants en ville. C’est un sujet de réflexion déjà proposé semble-t-il par des organismes de sensibilisation à la protection de l’environnement.

Histoires à la courte paille, Gianni RODARI

Les petites histoires de Gianni RODARI, notre compatriote italien, sont proposées ici de façon amusante et pour une fois, c’est le lecteur qui choisit la fin ! A chaque chapitre on trouve une nouvelle histoire mais avec trois fins possibles, seule l’une d’entre elles semble être idéale, la « bonne fin » de l’histoire.

Il y en a une en particulier qui peut nous servir dans le cadre d’un atelier bibliothèque sur la nature en ville, c’est celui qui reprend le conte du joueur de flûte de Hamelin. L’histoire n’est pas très compliquée en soi : il y a trop de voitures en ville, il faut donc trouver une solution pour réduire cette quantité. Et parmi les fins proposées, l’une d’elle est à l’image des rats de Hamelin, les voitures finissent dans la rivière.

Il serait donc intérressant de faire le même exercice que pour Roald DAHL mais en faisant réfléchir les enfants sur l’utilité des transports en commun en ville afin de préserver l’environnement de la pollution. Plus largement, cela peut amener la question de la préservation de la couche d’ozone en limitant les émissions de gaz à effet de serre.

Bien entendu, ces deux ouvrages sont donné ici à titre d’exemple afin d’utiliser d’autres sources de documentation que les documentaires pour enfants que l’on trouve en bibliothèque ou encore les pages Internet de Wikipédia.

Tout en joignant l’utile à l’agréable, voilà de quoi montrer à nos petites têtes blondes l’utilité de la lecture, pas seulement pour se divertir ou inventer des histoires. Amis professionnels de l’info doc, le savoir est entre vos mains !

D’après une idée originale du Chat de Bibliothèque !

Bonne année !

Bonne année 2013 et désolé pour le retard, j’ai du mal à me tenir à mes obligations de blogueuse en ce moment, cours oblige…

En tout cas j’espère reprendre les choses en main et vous proposer de nouvelles actus très bientôt !

Ma première résolution pour 2013 sera donc de continuer à alimenter ce blog aussi régulièrement que possible !

par bibliothekere Posté dans Actu